Latest Plans:
RSS
Dec 4
C136-Rapport du nombre de décès à l'hôpital entre vaccinés et non-vaccinés: les chiffres parlent enf PDF print email
Written by france soir   
Sunday, 31 July 2022 14:07
There are no translations available.

Les chiffres officiels des décès Covid invalident les discours officiels sur l’intérêt de la vaccination aujourd’hui. En effet alors qu’en début d’année  il y avait un bénéfice/risque favorable pour la vaccination (décès de 69% chez les non vaccinés et 31% chez les vaccinés), on observe dès la mi-juin un rapport défavorable (45% chez les non vaccinés et 55% chez les vaccinés). La raison de cette évolution du rapport bénéfice risque reste à déterminer. Avec de tels résultats déduits de données officielles, il est incompréhensible que nos politiques et les médecins médiatiques qui leur sont inféodés  continuent leur propagande sur l’intérêt de la vaccination. Il  s’agit d’assassinats volontaires. Seule une corruption profonde par Bigpharma peut expliquer cette politique sanitaire. A titre d’exemple de cette corruption des politiques, les différents groupes du Senat, ont refusé de réceptionner un dossier très documenté de l’association Sens commun (association regroupant des scientifiques  plus reconnus que ceux du Conseil scientifique de l’Elysée, des dizaines de milliers de médecins libéraux), envoyé en recommandé, qui éclairait sans conflit d’intérêts, l’intérêt et les dangers du vaccin COVID

Ci-dessous la présentation  par Francesoir des chiffres officiels


 

 

 

 

 

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/rapport-vaccinesnon-vaccines

Last Updated on Saturday, 15 October 2022 17:45
 
LE TRAITEMENT ANTI-COVID-19 PAR UNE ASSOCIATION DE VITAMINE D3, ZINC, SÉLÉNIUM,EUGÉNOL (CLOU DE GIRO PDF print email
Written by MKG Tran   
Monday, 18 July 2022 13:45
There are no translations available.

  • LE TRAITEMENT ANTI-COVID-19 PAR UNE ASSOCIATION DE VITAMINE D3, ZINC, SÉLÉNIUM,EUGÉNOL (CLOU DE GIROFLE), CARVACROL (ORIGAN) ET CHARDON-MARIE (SILIPHOS) ÉVITE LA RÉANIMATION ET DÉSENGORGE LES

HÔPITAUX. SANS EFFET SECONDAIRE.

par TRAN Guy Mong Ky (ARS Auvergne Rhône Alpes) Chatenay Malabry

16.7.2022

Document disponible sur Positifs.org

COVID-19: LE MINISTRE DE LA SANTÉ FRANCOIS BRAUN PRÉVIENT QU'IL Y AURA "UNE 8ème VAGUE" ET "PROBABLEMENT UNE 9ème!»

RATP 5.7.2022

Il est particulièrement déplorable que les gens qui prennent le Métro ne soient même pas masqués, contaminant de leurs mains la rampe à laquelle ils sont accrochés. On imagine ce qui peut se passer quand, par millions, on est serré comme des sardines pendant des heures dans une rame bondée de la RATP. Tous les jours: Métro, Boulot, Dodo. La variante BA5 est particulièrement contagieuse, encore plus que le BA1.

Réservoir Amplificateur Trop Puissant (RATP).

Le 4.7.2022, il y a 200 000 nouveaux cas/j avec un R0 à 1,5.

Certaines Urgences (Bordeaux, Grenoble) sont fermées. Les Urgences, débordées,

refusent les malades, sauf les enfants.

Le vaccin Moderna contre les nouveaux variants n’est pas encore disponible.

Pour ma part, j’ai pris immédiatement, début Juillet 2022, dès les premiers

symptômes (toux, rhinite) du BA4-5, le traitement suivant:

4 comprimés de Sélénium (Solgar)

4 gélules de Zinc (Rubozinc)

2 gouttes d’Huile Essentielle d’Origan (carvacrol) Panarom (Javed H, 2021)

et une goutte d’Huile essentielle de clou de girofle (Eugénol) Puressentiel

dans une cuillerée à café d’huile de colza.

Et tout disparait en quelques heures. J’arrête tout. Si quelques jours après ça revient

(BA2.75), idem.

C’est extrêmement efficace, et très bien toléré.

En été, en pleine canicule, la vitamine D3 n’est pas nécessaire.

Pour plus d’informations, ci-joint le document: Traitement du Covid.

7ème vague à Omicron BA4-5, 8ème vague à BA2.75: Un outil majeur manque dans

la boite à outils, c’est le traitement, un protocole pour le médecin traitant. Ici, les

  • ·  alicaments ou nutriments anti-Covid-19; c’est la vraie solution au Covid-19:

Origan (Carvacrol) qui inhibe la Mpro et l’ACE2 (Javed H, 2021) et

antagonise le TRPV4.

Zinc: inhibe la polymérase du virus.

Selenium (Wuhan est une région dont le sol est très pauvre en Sélénium).

Pour éviter de se retrouver en réanimation, Zinc et sélénium doivent être pris systématiquement pour compenser impérativement toute déficience, d’après une étude Belge (Gijs Du Laing, Sept 2021, Nutrients).

Vitamine D3 (100 000 U.I./15 jours) chaudement recommandée par l’Académie de Médecine, utilisée par l’Armée USA pour traiter Donald Trump, protocole de Cordoue).

Il faut rendre obligatoire le dosage de la vitamine D et compenser le déficit (présent chez 75% des sujets âgés, en particulier dans les EHPADs).

Oméga-3 végétal (huile de colza, margarine Saint-Hubert, graines de lin broyées, pourpier: le pourpier est à la base du régime crétois de longévité): se fixe sur le même récepteur (= canal sodique), que l’hydroxychloroquine, sans aucune toxicité.

Les oméga-3 sont des médicaments scientifiques qui empêchent la fibrillation ventriculaire après infarctus du myocarde (essai GISSI, Fédération Française de Cardiologie), ce ne sont pas seulement de «!l’huile ».

Eugénol (= clou de girofle): Se fixe sur le même récepteur que l’hydroxychloroquine, sans aucune toxicité. Pure Essentiel H.E. Giroflier, 2 gouttes sur un morceau de stevia (Pure Via).

L’eugénol est le composé principal du basilic; c’est un anti-covid au mécanisme d’action bien connu: Il se fixe sur le spike du covid et bloque son interaction avec le récepteur ACE2 (Paidi RK, 2021).

Ses autres propriétés sont!: Inhibition du NF-kB (orage des cytokines), normalisation de l’arythmie et de la myocardite, liaison au canal Na+ voltage-dépendant, absence de toxicité (sauf anti-fertilité de l’acide ursolique du basilic; mais pas de l’eugénol lui-même), inhibition de Staphylococcus Aureus (surinfection pulmonaire), anti-allergique (mort par apoptose des mastocytes libérateurs d’histamine) c’est-à-dire anti-anaphylaxie induite par le spike, et la dernière, mais non la moindre, anti-thrombotique (utile contre l’embolie pulmonaire mortelle).

On trouve l’eugénol dans le clou de girofle, le basilic, la cannelle, l’anis (c’est-à-dire du Pastis). Ce qui est tout-à-fait étonnant c’est que Philippe de Villiers, 72 ans, s’est dit guéri par du Pastis en 3 jours, le 18 Mai 2021 sur CNews, ce qui à l’époque a fait rigoler tout le monde: Or il a fait une guérison scientifiquement prouvée, comme Mr Jourdain faisait de la prose sans le savoir. Il avait pris de l’eugénol, un anti-covid, à la Marseillaise: dilué, un ballon le 1er soir, un verre de Ricard le 2nd.

Texte

Thé noir (anti-Covid par la Théaflavine): preuve par Docking moléculaire*.

Thé vert (contre l’orage cytokinique anti-NF-kB par l’EGCG. Mais aussi anti-Mpro: preuve par Docking moléculaire*(Rajesh G, 2020).

Curcuma + poivre noir (le poivre noir augmente de 2000 fois l’absorption du curcuma): Preuve par Docking moléculaire* (Gonzalez-Paz LA, 2020)

.

Gingembre: Preuve par Docking moléculaire*(Akham AH, 2020).

Vitamine C (utilisée par l’Armée USA pour traiter Donald Trump): à répartir 4 fois par jour.

Acide folique (par exemple salade, betterave, légumes verts): preuve par Docking moléculaire*.

Quercétine (piment rouge, chocolat noir amer à 75% à 95%, câpres, oignons rouges): preuve par Docking moléculaire*.

Colchicine (étude canadienne)

Siliphos (chardon-Marie): preuve par Docking moléculaire*. Le Siliphos agit sur 3 cibles virales simultanément, ce qui ne s’est jamais vu, et peut même être actif sur la phase hospitalière. Voir sur le site: Positifs.org. Ci-joint le doc

Siliphos joint.

Artemisia annua de Madagascar

Propolis d’abeille (flavonoides)

*Le Docking moléculaire est une étude de modélisation sur ordinateur (Intelligence Artificielle I.A.) consistant à trouver la clé (le médicament) qui se moule parfaitement à la serrure (le virus) pour l’inhiber (covid.us.org/2020/09/02/a-list-of-175-covid-19-molecular-docking-studies) (=Bibliographie). Il repositionne contre le Covid de nombreux médicaments bien connus, ainsi que des aliments et des épices de tous les jours.

Cette méthode a parfaitement fait ses preuves dans la découverte des anti-protéases et a permis d’arrêter l’épidémie de Sida.

A la bibliographie précédente, rajouter:

Javed H, Meeran MFN, Jha NK and Ojha S. Carvacrol, a Plant Metabolite Targeting Viral Protease (M pro) and ACE2 in Host Cells Can Be a Possible Candidate for COVID-19

Front Plant Sci. 2021, 11: 601335.

Nota Bene 10.12.21

Ces alicaments m’ont permis, à peu de frais, de ne pas mourir en réanimation à 75 ans, mais de ne faire qu’une forme bénigne (rhinite, grosse fatigue) quel que soit le variant; j’ai ainsi passé sans encombre à domicile, sans être hospitalisé, sans vaccin (d’ailleurs il n’y en avait tout simplement pas) toutes les vagues successives, au moment des pics de la souche de Wuhan (rhinite), puis du variant alpha anglais (fatigue cognée), puis probablement du bêta sud-africain qui circulait en Ile-de-France (rhinite). J’ai été infecté 3 fois de suite, le Covid-19 a été confirmé sérologiquement. Après la 3ème infection, je me suis fait vacciner (une seule

injection Pfizer) pour avoir un pass sanitaire et participer à Octobre Rose (j’ai rédigé un protocole contre le cancer du sein). Mais cette injection était inutile.les alicaments ont aussi l’intérêt d’éviter le Covid long.

J’ai ajouté dans la liste la colchicine, l’artemisia annua, le Siliphos (chardon-Marie), la propolis mais je n’ai jamais eu à les utiliser. Je les garde en réserve au cas où…

Mon traitement était beaucoup plus simple: thé vert, curcuma, poivre, vitamines D3

et C, acide folique, oméga-3, zinc, sélénium (et surtout Zinc et sélénium, qui évitent

de se retrouver en réanimation. Et un peu de chocolat noir (quercétine), par gourmandise comme Jeanne Calment notre doyenne de 122 ans. Rien de bien méchant. Grâce au Docking Moléculaire.

Le SARS-Covid-2 a été bloqué par un tir croisé inhibant simultanément la protéase (origan, curcuma, poivre, acide folique, quercétine), la liaison au récepteur ACE2 (origan, clou de girofle, oméga-3), la polymérase (zinc), l’orage cytokinique (thé vert, curcuma), la virulence virale (sélénium et vitamine C). La vitamine D3 agit par l’induction de la sécrétion des AMP (peptides anti-microbiens).

Il serait intéressant que nos réanimateurs essaient la vitamine C à hautes doses en intraveineuse.

Le fait que j’ai été ré-infecté à chaque pic de Covid-19 prouve que l’immunité naturelle n’est que de courte durée, probablement de 3 mois; les variants échappent

  • à l’immunité naturelle, mais cependant la bénignité de la réinfection prouve que la protection persiste contre les formes graves et évite la réanimation et le décès. Le tableau clinique peut être cogné, avec une intense fatigue qui cloue littéralement au lit (souche alpha), ou entraine une insuffisance respiratoire proche de l’asphyxie (souche Omicron).

Pour revenir au Docking Moléculaire, mais il est largement négligé dans le cas du Covid-19, alors qu’il a fait largement ses preuves dans l’épidémie de Sida (après la découverte des antiprotéases, la durée de vie des séropositifs a rejoint celle d’une population normale) et dans l’hépatite C. Dans ces 2 épidémies, il n’y a jamais eu de vaccin, ce qui prouve que la stratégie tout vaccin et vaccin seul dans le Covid-19 n’est ni nécessaire, ni suffisante.

Les médicaments anti-Covid-19 ayant été validés par des essais cliniques comme le remdésivir ou la colchicine sont aussi positifs en Docking moléculaire, ce qui valide cette méthode d’intelligence artificielle comme méthode de «!screening!».

On peut même quantifier le degré d’efficacité du médicament, et cette classification

permet d’affecter la première place à la silymarine du chardon-Marie (SILIPHOS)

devant 500 flavonoïdes.

La colchicine, qui diminue de 40% le risque de réanimation, est derrière l’acide folique; le Remdesivir aussi. Rappelons pour mémoire que la femme enceinte reçoit 12 comprimés/j d’acide folique.

Le vaccin: On se rend compte qu’il faut 2 doses et un rappel-3ème dose, puis une 4ème dose avec la souche Omicron (Pfizer) en Mars, puisque le virus a muté entre temps, puis une autre vaccination avec une autre souche, et ainsi de suite.5ème vague (delta), puis 6ème (Omicron BA1), 7ème (Omicron BA2) et une ènième vague (BA4-5) (deltacron?). Dans le passé, le coronavirus OC43 en 1890 a duré 5 ans.

Pour le Pr Didier Raoult, le SARS-Cov-2 pourrait, comme la myxomatose du lapin (voir Wikipedia), s’atténuer avec le temps.

En attendant, on surveille Omicron BA2.75 en espérant qu’on n’aura pas deltacron pour la suivante.

En conclusion:

DISTANCIATION 2 m à 3 m (oubliée sur les spots publicitaires TV du gouvernement,

laxisme total sur les 2 rassemblements politiques en pleine flambée fulgurante delta

à croissance de 52%) et

AERATION DES PIECES

sont les 2 mamelles cruciales de 2022

TRAN Guy Mong Ky 75 ans

retraité depuis 8 ans de l’Agence Régionale de Santé (ARS) de l’Auvergne Rhône-

Alpes

Prévention de la Santé Publique en Europe

31 Avenue du Bois 92290 Châtenay-Malabry

Tél 09 81 89 38 70

Portable:06 63 39 13 25

This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it

  • ·  LE CHARDON-MARIE COMME

TRAITEMENT ANTI-COVID-19 (Lundi de

Pentecôte 24.5.21)

La grosse surprise du chef, c’est le chardon-Marie (Silybum Marianum, Milk Thistle, artichaut sauvage, ou selon la Bible: chardon du Liban).

La littérature internationale est abondante (plus de 3000 références sur Pubmed), on peut trouver une revue sur Kshirsagar A (2009).

Il contient au moins 3 substances anti-Covid-19:La silybine (silibinine), la quercétine et le kaempférol.

L’histoire du chardon-Marie a démarré par une incroyable démonstration de son efficacité devant les journalistes: En ingérant au préalable ce chardon, il est ensuite possible de manger de l’Amanite Phalloïde sans en ressentir les effets ni en mourir. Cette « mauvaise herbe » a donc une très grande puissance protectrice en prévention contre un poison mortel du

foie (hépatite fulminante, nécessitant une greffe de foie). Il est vendu sous une forme biodisponible (c’est-à-dire assimilable) per os (Siliphos ) aux USA: Silybine +

phosphatidylcholine.

En Allemagne, la firme Madaus le commercialise comme hépato-protecteur (silibinine, Legalon ), mais par voie I.V., (Legalon SIL ) en particulier contre l’hépatite C. Biermer M

(2009) a guéri un cancer du foie post-hépatite C avec la silymarine.

Je l’avais étudié comme tel, et trouvé que son mécanisme d’action dans l’hépatite C passait par la voie Fas Ligand -Fas, parce que c’est un mimétique moléculaire de Fas Ligand

(résidus 20-SPWAPPGTVLPC-31), tout comme   diOH OH la phalloïdine de l’Amanite Phalloïde (TaLWAP CTV) et le core du virus de l’hépatite C (110-TPgWSP-105 en rétro-

inverso, et 125-TLTC-128), leur point commun étant de mimer le motif hépatotrope WSP.

Chimiquement, le noyau indole du tryptophane W et la proline Pmiment respectivement le benzopyrane et le phényle de la silybine: La silybine agit comme un inhibiteur compétitif de la liaison FasL-Fas. (Tran GMK, ISHEID Toulon 2002; Tran GMK,

GEMHEP 2013 (doc. joint)).

La lymphopénie du Covid-19

La voie FasL est importante à considérer car elle provoque une lymphopénie dans la forme grave mortelle de grippe pulmonaire H5N1 (Boonnak K, 2014), ce qui présente une certaine ressemblance avec la lymphopénie observée dans le Covid-19 (Ahmad T, 2020).

Dans le lupus érythémateux disséminé, où on observe une lymphopénie, FasL est anormal, aussi bien chez la souris que chez l’être humain.

La sibyline pourrait donc contrer la lymphopénie du Covid-19 et éviter les formes graves.

De plus la voie FasL-Fas amplifie le NF-kB, qui est le chef d’orchestre de l’orage cytokinique. Là aussi, la silybine agirait par l’inhibition de NF-kB sur l’orage

En 1989, l'usage de silymarine à 70% a été approuvé par la Commission Européenne afin de traiter les intoxications hépatiques comme les hépatites et cirrhoses du foie. En 2002,

l'OMS a reconnu également ces usages.

En plus de ces mécanismes bénéfiques sur la lymphopénie et l’orage cytokinique de la 2ème phase du Covid-19, la silybine agit aussi comme antiviral direct, par énormément de mécanismes d’action :

Le docking moléculaire (Pandit M, 2020) révèle que la silybine (silibinine) est à la fois:

1°) anti-spike S (inhibe la liaison à l’ACE2) 2°) inhibitrice de

protéase Mpro et

3°) inhibitrice de RNA polymérase RdRp

ce qui ne laisse pas d’étonner, car les 3 protéines cibles fonctionnellement n’ont rien à voir entre elles. Cette triple polyvalence anti-virale fait de la silybine une trithérapie en une

seule molécule: 3 en un.

C’est totalement inédit qu’une seule molécule puisse attaquer simultanément le virus sur ses 3 points faibles, ne lui laissant presqu’aucune chance d’échapper à l’encerclement fatal.

Elle n’est pas toxique: Le Vidal ne mentionne pratiquement rien (très rares gastralgies, diarrhées; exceptionnelles allergies),depuis 1974.

L’attaque sur le spike S, empêchant sa liaison à l’ACE2 est extrêmement intéressante, car on sait que les sujets âgés sont les cibles privilégiées du Covid-19 parce qu’ils possèdent un

très grand nombre de récepteurs ACE2, contrairement aux enfants qui n’y sont pas du tout (ou exceptionnellement)sensibles car ils ne possèdent pas ce même récepteur: En effet

la richesse de ce récepteur croit proportionnellement à l’âge(Bickler SW, 2020).

C’est dire si l’inhibition du spike ACE2 est cruciale pour vaincre le Covid-19: De Mars à Juin 2020, 96% des morts supplémentaires dus au COVID-19 en Europe sont survenus

chez les patients âgés de plus de 70 ans (Yanez ND, 2020, Eurostat).

En France, le cap des 100 000 morts est largement franchi (108 343 morts le 20.5.21, selon Santé Publique France).

L’attaque sur la protéase est elle aussi non moins cruciale, puisque, à chaque fois qu’on a utilisé comme antiviral une anti-protéase, on a arrêté l’épidémie: Les 2 exemples des épidémies du Sida et de l’hépatite C en sont la démonstration la plus convaincante. Le Docking moléculaire a été crucial dans la découverte des anti- protéases anti-VIH-1. Dans le Covid-19,on rappellera que la colchicine, qui réduit de 44% la mortalité du Covid-19 dans l’étude clinique canadienne de Jean-Claude Tardif, a été trouvée rétrospectivement efficace dans les études de Docking (Serseg T, 2020).

En plus, dans le cas du Sida, c’est la trithérapie qui a été déterminante, empêchant par ce tir croisé l’apparition de chimiorésistances.

La silybine possède ces 3 caractéristiques réunies: elle inhibe la liaison à l’ACE2, est une anti-protéase et, cerise sur le gâteau, est à elle toute seule une trithérapie. Les formules voisines de la silybine (silydianine, silycristine,silybinone, silyamandine, silybemine) (AbouZid SF, 2017) n’ont pas été étudiées en Docking moléculaire. Mais comme la silybine constitue 70% des composants de la plante, les autres composants minoritaires peuvent dans un premier temps être mis en attente. Toutefois, il serait important de savoir lequel des 2 stéroisomères (A ou B) de la silybine est le plus actif sur le Covid-19.

En plus de la Silybine, Silybum Marianum contient aussi de la Quercétine et du Kaempférol:

La quercétine est anti-Covid-19. La quercétine est aussi retrouvée dans le médicament du Laboratoire Phytokôbaz en Martinique: L’herbe à pik ou Neurolaena Lobata. Ici le

mécanisme d’action est tout-à-fait original et révolutionnaire:

L’inhibition de la réplication du Covid-19 (qui est un virus à ARN) passe par le blocage de la synthèse des nucléotides. La quercétine inhibe la DHODH DiHydroOrotate DesHydrogenase) nécessaire à la production de l’orotate précurseur des nucléotides. En l’absence d’orotate, l’ARN du virus ne peut plus être synthétisé et il meurt.

Le Kaempférol est anti-Covid-19. C’est un des composants de l’Artemisia Annua, utilisée avec succès par le Président Malgache Andry Rajoelina dans son île de

Madagascar (19 avril 2020).

Le chardon-Marie agit donc comme les 2 remèdes combinés, celui de la Martinique (Neurolaena Lobata, Quercétine) et celui de Madagascar (Atemisia Annua, Kaempférol).

En ces jours de Carême (15/2/2021), les chrétiens ne seront pas étonnés d’avoir à leur disposition contre le Covid-19 une plante dont l’histoire mérite d’être contée: Dans sa fuite dans le désert, poursuivie par les hordes de soldats d’Hérode chargés d’exterminer tous les nouveaux-nés, la Vierge-Marie cacha l’Enfant dans un buisson et laissa tomber quelques gouttes de son lait sur un chardon, le rendant reconnaissable aux stries blanches de ses feuilles.

  • Le 18/2/2021, la chaine KTO célèbre l’anniversaire de

l’apparition de la Vierge entourée de 3 étoiles dans le ciel d’hiver de Pont Main (Mayenne).

REFERENCES

AbouZid SF, Ahmed HS, Moawad AS, Owis AI, Chen SN,

Nachtergael A, McAlpine JB, Brent Friesen J, Pauli GF.

Chemotaxonomic and biosynthetic relationships between

flavonolignans produced by Silybum marianum populations.

Fitoterapia. 2017, 119:175-84.

Ahmad T, Chaudhuri R, Joshi MC, Almatroudi A, Rahmani AH

and Ali SM (2020)

COVID-19: The Emerging Immunopathological Determinants

for Recovery or Death. Front Microbiol 11:588409. doi: 10.3389/fmicb.

2020.588409

Biermer M. Rapid suppression of hepatitis C viremia induced by

intravenous silibinin plus ribavirin. Gastroenterology. 2009, 137:

390-1.

Bickler SW, Cauvi DM, Fisch KM, Prieto JM, Gaidry AD,

Thangarajah H, Lazar D, Ignacio R, Gerstmann DR, Ryan AF,

Bickler PE, De Maio A. Age Is Associated with Increased

Expression of Pattern Recognition Receptor Genes and Ace2,

The Receptor for Sars-Cov-2: Implications for The

Epidemiology of COVID- 19 Disease. bioRxiv preprint 2020

June 16 https://doi.org/10.1101/2020.06.15.134403.

Boonnak K, Vogel L, Feldmann F, Feldmann H, Legge KL and

Subbarao K Lymphopenia Associated with Highly Virulent

H5N1 Virus Infection Due to Plasmacytoid Dendritic

Cell−Mediated Apoptosis of T Cells

J Immunol 2014, 192: 5906-12

Eurostat. Weekly deaths statistics - March to June 2020. Oct

  • 19, 2020. FasL (UniProtKB/Swiss-Prot: P48023.1)

https://ec.europa.eu/ eurostat/documents/

2995521/11438257/3- 19102020-BP- EN.pdf.

Kshirsagar A, Ingawale D, Ashok P, Vyawahare N. Silymarin: A

Comprehensive Review.

Phcog Rev. 2009, 3 (5): 126-34. www.phcogrev.net

Pandit M, Latha N. In silico studies reveal potential antiviral

activity of phytochemicals from medicinal plants for the

treatment of COVID- 19 infection. Res Sq. (2020). doi: 10.21203/rs.

3.rs-22687/v1.

Serseg T, Benarous K and Yousfi M. Hispidin and Lepidine E:

two Natural Compounds and Folic acid as Potential Inhibitors of

2019-novel coronavirus Main Protease (2019-nCoVMpro),

molecular docking and SAR study. arXiv preprint arXiv:

2004.08920 (2020).

Tran MKG. Molecular homology between Hepatitis C Virus

(HCV) core, Hepatitis B virus (HBV) pre-S1 and Phallotoxin of

Amanita Phalloides: Interest of Silymarin of Silibum Marianum.

12th Int Symposium HIV & Emerging Infectious Diseases

(ISHEID) Toulon June 13-15, 2002. P.P.B.8. www.positifs.org/

old/traduc/c/ , puis: www.positifs.org/old/traduc/c/c48C-5.htm

Tran GMK, Caprani A. Molecular mimicry between hepatitis C

virus core, Fas Ligand, phalloidin and hepato-protective

flavones (silymarin, desmodium adscendens vitexin) containing

the apigenin core. Groupe Français d’Etudes Moléculaires des

HEPatites (GEMHEP) , Paris 2013, 18th Annual Day. Oral

présentation.

Yanez ND, Weiss NS, Romand JA, Treggiari MM. COVID-19

mortality risk for older men and women. BMC Public Health

2020; 20: 1742.

 

Last Updated on Friday, 29 July 2022 11:19
 
C133-Sommet mondial sur le Covid: 17 000 scientifiques appellent à mettre fin à l'état d'urgence san PDF print email
Written by Dr. Adrien Caprani   
Friday, 27 May 2022 10:57
There are no translations available.

Publié le 26/05/2022 à 14:50 par francesoir

Il est stupéfiant que les media mainstream aient occulté cette conférence incontournable sur le COVID et que nos prétendus spécialistes du Conseil scientifiques et des médias n’y aient pas participé. Avec une telle censure, notre gouvernement corrompu, continuera à vacciner sans limites une population pour laquelle le rapport bénéfice/ risque est défavorable.

Lors d'un sommet mondial sur le Covid, 17 000 médecins et scientifiques ont fait une déclaration commune le 11 mai par la voix de leurs représentants. Appelant à mettre un terme à l'état d'urgence sanitaire enclenché au début de la crise du Covid-19, ils accusent les grandes sociétés pharmaceutiques, les gouvernements, les agences de santé publique et les médias grand public d'avoir, par leurs actions, causé la mort de plusieurs centaines de milliers de personnes.

Retrouvez ci-dessous un extrait doublé en français de cette intervention de David Wiseman, docteur en pharmacie, Michael Yeadon, chercheur et ancien directeur scientifique de Pfizer, et Ryan Cole, médecin anatomopathologiste (VF : doublage QuantumLeap & Elo Trad). L'intégralité de cette déclaration, en version originale, est disponible ici.

 

Se déclarant unis par leur loyauté au serment d'Hippocrate, ces médecins et scientifiques dénoncent les désastreuses politiques de santé publique mises en œuvre pour lutter contre la propagation du Covid-19, estimant que ces mesures sont le fruit d'une "alliance médicale corrompue" d'institutions pharmaceutiques, d'assurances et de soins de santé, sous la houlette des trusts financiers qui les contrôlent.

L’illusion de consensus scientifique dénoncée

Selon eux, cette "alliance corrompue" a compromis l'intégrité des sociétés médicales les plus prestigieuses, générant une illusion de consensus scientifique en substituant la propagande à la vérité par la diffusion d'affirmations dénuées de base scientifique, par la censure, et par l'intimidation des médecins et scientifiques qui ont publié des résultats cliniques sur des médicaments éprouvés ou sauvé des vies par le biais de ces traitements.

Ces 17 000 scientifiques et médecins veulent faire émerger la vérité afin que cessent des décisions qu'ils estiment catastrophiques et prises aux dépens d'innocents qui subissent des dommages sanitaires depuis le début de la pandémie. Des dommages qui ont commencé avec la rétention intentionnelle de traitements ambulatoires précoces comme l’hydroxychloroquine, l’ivermectine ou l’azithromycine pour se poursuivre l'année suivante avec les injections forcées d'un produit, qui n’avait pourtant fait ni la preuve de son efficacité ni l’assurance de sa sécurité lors de son lancement en population générale.

Absence de consentement éclairé et rétention d’information scientifique de premier plan

Ils dénoncent également le fait qu'une majorité de la communauté médicale a refusé aux patients le droit humain fondamental de recevoir un véritable consentement éclairé sur les injections expérimentales contre le Covid-19, leur empêchant d'obtenir des informations nécessaires pour comprendre les risques et les avantages des vaccins.

Au-delà de la réponse thérapeutique, c’est toute la politique sanitaire qui est dénoncée, notamment les enfermements forcés qui nuisent à la santé, à la vie professionnelle des individus et à l’éducation des enfants. Des décisions graves qui ont également porté atteinte aux liens sociaux et familiaux. Ils mettent également en lumière ce qui, pour eux, ne peut pas relever d'une simple coïncidence : le dessein inscrit dans le livre intitulé « Covid-19 : The Great Reset », à savoir faire de l’épidémie de Sars-CoV-2 l’opportunité de "réinitialiser" l’ensemble de la société, notamment l’ensemble des structures politiques, l’économie et la culture. Ces 17 000 scientifiques et médecins n’hésitent pas à qualifier les actions de cette alliance de crime contre l’humanité.

Reconstruire une éthique médicale

Pour eux, restaurer la confiance des gens dans la médecine implique de commencer à rétablir un dialogue libre et ouvert entre les différents acteurs de la communauté scientifique. Cela passe également par le rétablissement de la relation sacrée entre le médecin et le patient, la réhabilitation des droits médicaux et l’autonomie des patients.

Après deux années de recherche scientifique et après avoir analysé les conséquences des décisions politiques prises au cours de cette période, ces 17 000 scientifiques et praticiens estiment avoir démontré et documenté leurs succès dans la compréhension et la lutte contre le Covid-19 et sont parvenus à un consensus autour des principes fondamentaux suivants :

1.     Nous déclarons – et les données le confirment – que les injections de thérapie génique contre le Covid-19 doivent cesser.

2.     Nous déclarons que les médecins ne devraient pas être empêchés de prescrire un traitement médical vital.

3.     Nous déclarons que l’état d’urgence national, qui facilite la corruption et prolonge la pandémie, devrait être immédiatement aboli.

4.     Nous déclarons que la vie privée médicale ne devrait plus jamais être violée.

5.     Nous déclarons que les masques ne sont pas et n’ont jamais été une protection efficace contre un virus respiratoire en suspension dans l’air dans le cadre communautaire.

6.     Nous déclarons que le financement et la recherche doivent être mis en place pour les étudier les dommages causés par la vaccination.

7.     Nous déclarons qu’aucune opportunité professionnelle, y compris dans le milieu médical, scolaire et militaire, ne devrait être interdite en cas de refus de cette injection.

8.     Nous déclarons que les violations du premier amendement et la censure médicale opérée par le gouvernement, les entreprises de technologie et les grands médias devraient cesser et que la Déclaration des droits (Bill of Rights) devrait être respectée.

9.     Nous déclarons que les laboratoires Pfizer, Moderna, BioNTech, Janssen, AstraZeneca, et les personnes qui leur sont affiliées, ont délibérément caché des informations sur la sécurité et l’efficacité des injections aux patients et aux médecins. À ce titre, ils devraient immédiatement être inculpés pour fraude.

10.  Nous déclarons que le gouvernement et les agences de santé publique doivent être tenues responsables.

Reconstruire et se reconstruire, tel est l'objectif proposé par ce sommet, particulièrement soucieux de la juste réparation des dommages causés par les effets secondaires d'une vaccination précipitée et inutile pour la grande majorité de la population, notamment pour les jeunes personnes, peu sujettes à développer des formes graves de la maladie.

https://www.francesoir.fr/politique-monde/sommet-mondial-sur-le-covid-17-000-scientifiques

Last Updated on Sunday, 29 May 2022 15:31
 
C.132- Vaccin COVID- Plus grand scandale sanitaire de la médecine occidentale. PDF print email
Written by france soir   
Sunday, 20 February 2022 16:59
There are no translations available.

Alors que la mortalité par la vaccination COVID dépasse 150.000 décès  aux USA, nombre qui pourrait dans le cadre d’un choix libre être accepter en raison du rapport bénéfice /risque, une étude sur l’armée américaine  ou plus de 1,2 millions de militaires ont été vaccinés établit de manière effrayante l’importance des effets secondaires . Cette étude devrait stopper sans tarder la vaccination. On attend toujours la recommandation de l’OMS

Des données de l’armée américaine remettent en cause le discours sur la sécurité des vaccins

Auteur(s): FranceSoir

 https://www.francesoir.fr/politique-monde/des-donnees-de-larmee-americaine-securite-vaccination

Lundi 24 janvier, le sénateur républicain Ron Johnson organisait une nouvelle audience au Sénat intitulée "Covid-19 : Une seconde opinion" (document contenant une version courte de 38 minutes et une version longue de 5 heures). Une audition qui a permis à un groupe de médecins et d'experts médicaux d’offrir un point de vue différent sur la réponse à la pandémie, l'état actuel des connaissances en matière de traitements précoces et hospitaliers, l'efficacité et la sécurité des vaccins. L’occasion de faire un bilan de ce qui a bien ou mal fonctionné, ce qui devrait être fait maintenant et ce qui doit être envisagé à long terme. Plusieurs médecins et scientifiques de très grande renommée dont Peter McCullough, Pierre Kory, Robert Malone, Richard, Urso, Pierre Kory, Ryan Cole ou Theresa Parks y ont contredit le discours officiel en témoignant de très nombreuses anomalies.

Mais le témoignage le plus choquant est venu de l’avocat Thomas Renz, avocat de l'Ohio.

Rappelant les alertes lancées par les docteurs Theresa Long, Samuel Sigoloff et Peter Chambers, trois membres de l’armée américaine qui ont révélé l'importance des effets secondaires après la vaccination, il est venu exposer des données de facturation médicale - passage obligé pour tout diagnostic médical dans l’armée - provenant de la base de données d’épidémiologie médicale de la défense (DMED). Ce système informatique de la Direction de la surveillance de la santé des forces armées (AFHSB) qui permet d’interroger à distance des données médicales anonymes du personnel militaire est un programme de surveillance épidémiologique conçu dans le but de détecter les épidémies, mais également l’ensemble des pathologies afin de s'assurer que les soldats sont opérationnels. Par conséquent, au-delà de la question de santé publique, il s'agit de sécurité nationale.

Voir aussi: Theresa Long, médecin de l’armée américaine, alerte sur la vaccination contre le Covid-19

Que révèle cette base de données ?

Une augmentation très importante des pathologies au cours de l’année 2021

Détaillant toutes les données qu’il prévoit d’utiliser pour l’ouverture d’une commission d’enquête nationale qui devrait se tenir devant un tribunal fédéral, l’avocat Thomas Renz annonce des chiffres très inquiétants pour l’année 2021, en établissant une comparaison avec les chiffres des années précédentes dont il fait une moyenne sur cinq ans, de 2016 à 2020.

Toutes pathologies confondues, le nombre de maladies enregistrées était en moyenne de 2 millions par an, un nombre qui variait peu d’une année à l’autre. L’année 2021 a marqué un tournant puisque ce chiffre est passé à 21,5 millions pour les 11 premiers mois de l’année, ce qui représente une augmentation de 941%, alors que l’année n’était pas encore terminée. Cette explosion des pathologies recensées n’a pas eu lieu en 2020, année du Covid, mais en 2021, année de la vaccination de masse, les membres de l’armée américaine étant vaccinés à hauteur de 96 %. Il est important de comprendre que ces chiffres ne représentent pas le nombre de personnes individuelles diagnostiquées avec diverses affections, mais le nombre total de codes de diagnostic renseignés. Une personne souffrant de maladie auto-immune va consulter plusieurs fois avec de multiples visites en ambulatoire ou hospitalisation, et ainsi accumuler plusieurs données de facturation médicale.

L’incidence des fausses couches dans l’armée a connu une augmentation de 300 % par rapport à la moyenne sur cinq ans. Celle-ci était de 1499 cas par an tandis qu’au cours des 10 premiers mois de l’année 2021, elle était de 4182. Un chiffre qui interroge, au regard des discours relayés par certains membres de la santé publique qui affirment que le Covid expose les femmes à un risque plus élevé de fausses couches.

Outre ces diagnostics, l’avocat est également revenu sur les problèmes neurologiques croissants, indiquant une augmentation de plus de 1048 % des pathologies neurologiques qui affectent les militaires, passant d’une moyenne de 82 000 par an à 863 000.

Par ailleurs, d’autres chiffres non mentionnés au cours de cette audience ont été confiés au sénateur Johnson, chiffres qu'il a indiqués dans sa lettre au Secrétaire de la défense Lloyd J Austin, le 1er février 2022.

Mais l'ensemble des pathologies ont été enregistrées par Thomas Renz dans un document qu'il met à disposition en ligne.

- Une augmentation de 2191% de l’hypertension
- Une augmentation de 894% des tumeurs malignes de l’œsophage
- Une augmentation du 680% de la sclérose en plaques
- Une augmentation de 624% des tumeurs des organes digestifs
- Une augmentation de 551% du syndrome de Guillain-Barré
- Une augmentation du cancer du sein de 487%
- Une augmentation de 487% des tumeurs démyélinisantes
- Une augmentation de 474% des tumeurs malignes des glandes endocrines
- Une augmentation de 472% de l’infertilité féminine
- Une augmentation de 468 % des embolies pulmonaires.
- Une augmentation des migraines de 452%
- Une augmentation du dysfonctionnement ovarien de 437%
- Une augmentation du cancer des testicules de 369 %
- Une augmentation de la tachycardie de 302 %
- Une augmentation de 269 % des infarctus du myocarde
- Une augmentation de 291 % des paralysies de Bell
- Une augmentation de 156 % des pathologies congénitale des enfants de militaires

Le cancer longuement évoqué lors de l’audition au Sénat

Regrettant que peu de personnes s’intéressent à l’augmentation de cette pathologie, Thomas Renz remercie Ryan Cole, venu témoigner au cours de cette séance de ce qu’il avait observé en tant qu’anatomo-pathologiste et de ce que certains de ses collègues oncologues et radiologues lui avaient rapporté ; des patients dont les cancers étaient contrôlés connaissent à nouveau une progression rapide tandis que certaines pathologies présentent des formes étranges plus difficilement identifiables.

Étayant les propos du docteur Cole, le sénateur Johnson raconte avoir été joint par des soignants qui ne veulent pas se faire vacciner après avoir observé la reprise rapide de certains cancers en rémission chez leurs patients.

Selon la scientifique Theresa Parks, ce phénomène pourrait s’expliquer par la dérégulation immunitaire que ces injections pourraient provoquer notamment au niveau de la protéine P53, un anti-oncogène qui se lie à l’ADN pour favoriser l’expression de gènes pour réparer les dommages cellulaires. Cette protéine, dont le rôle est d'empêcher les cellules endommagées de se transformer en cellule cancéreuse, pourrait interagir avec la protéine Spike vaccinale, et ne plus de jouer son rôle de catalyseur de tumeur notamment en induisant l'apoptose (suicide des cellules).

Voir aussi : Covid-19 : Spike, ARN et "vaccins"… Et si on lançait les études préalables ?

Si ce phénomène était avéré, cela expliquerait l’augmentation de près de 300 % des diagnostics de cancers, passant d’une moyenne de 38 700 cas sur les cinq dernières années pour atteindre les 114 645 au cours de 11 premiers mois de l’année 2021.

La bataille des chiffres

Les augmentations du nombre de certaines pathologies avaient été révélées par des lanceurs d’alerte et consignées par l’avocat Thomas Renz. Cependant, depuis la révélation de ces données par Thomas Renz mais également par l’avocate des droits de l’homme Leigh Dundas qui collabore avec lui sur ce dossier, les chiffres ont été changés en fin d’année. Ainsi, les écarts spectaculaires entre les années 2016-2020 et les 10 ou 11 premiers mois de l’année 2021 ont simplement disparu.

Suite à ces changements, ces lanceurs d’alerte, qui avaient pris soin de se filmer en consultant la base de données, en ont informé leurs avocats qui ont présenté les chiffres originaux et les modifications apportées depuis.

Voici quelques exemples :

pathologies_du_systeme_nerveux.jpg

 

pathologies_des_embolies_pulmonaires.jpg

 

pathologies_des_infractus_du_myocarde.jpg

 

pathologie_des_tumeurs_endocrines_malignes.jpg

 


Immédiatement après la diffusion de ces chiffres,

pathologie_de_lyme.jpg

 

Jeff Cercone, contributeur à Politifact, a commis un "fact-check" (une vérification des faits) expliquant que les chiffres de 2016 à 2020, massivement sous-évalués en raison d’une défaillance informatique, étaient erronés, donnant à tort l’impression que cela a explosé en 2021.

S’il est curieux que personne ne se soit rendu compte de ce bug auparavant, il est encore plus surprenant d'observer que ces changements n’ont concerné que les pathologies pour lesquelles le vaccin aurait pu être la cause d’événements indésirables. En effet, des pathologies comme la maladie de Lyme n’ont fait l’objet d’aucun ajustement.

 

Suite à ces événements, le sénateur Johnson s’est emparé du dossier en écrivant une lettre au secrétaire de la Défense Lloyd Austin, le 24 janvier 2022, suite aux allégations selon lesquelles les données auraient été falsifiées, lui demandant de conserver tous les documents se rapportant aux données enregistrées dans le DMED.

Le 1er février 2022, dans un nouveau courrier, le sénateur du Wisconsin lui demande d’expliquer ces hausses de diagnostics enregistrées et de l’informer des actions du DoD pour enquêter sur la cause profonde de l’augmentation de toutes ces pathologies. Par ailleurs, il lui demande d’expliquer pourquoi et quand ces données ont été changées et d’identifier les personnes qui ont pris l’initiative d’opérer ces modifications.

Si aucune vérité n'a été établie pour le moment, il faudra faire toute la lumière sur le changement soudain de ces données en suivant les interrogations et l'enquête menées par les avocats Thomas Renz et Leigh Dundas et portées par Ron Johnson, afin de savoir s'il y a eu malversations ou pas. Si la falsification des chiffres venait à être avérée, la bataille juridique pour établir la responsabilité vaccinale pourrait prendre des décennies dans un pays qui depuis 1986, a mis en place un système de lois offrant une grande protection aux entreprises pharmaceutiques.

 

Last Updated on Wednesday, 30 March 2022 17:41
 
Hommage à LUC Montagnier PDF print email
Written by F. Froger   
Wednesday, 16 February 2022 18:48
There are no translations available.

Merci, Professeur Montagnier

Publié le 14/02/2022 à 15:35

 

Pr Luc Montagnier, Nobel de médecine en 2008. (18 août 1932 - 8 février 2022).

F. Froger / Z9, pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

AddThis Sharing Buttons

Share to Facebook

FacebookShare to MessengerMessengerShare to TwitterTwitterShare to TelegramTelegramShare to WhatsAppWhatsAppShare to Plus d'options...

Plus d'options...18

Auteur(s): Jean-Pierre G., pour FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

TRIBUNE — À l'âge de 89 ans (18 août 1932 - 8 février 2022), le professeur Luc Montagnier s'est éteint à l'hôpital américain de Neuilly-sur-Seine mardi, comme nous l’apprenait FranceSoir, « parti en paix, entouré de ses enfants ». J'ai du chagrin, c'est une lumière qui s'éteint. Et j'ai la rage de penser qu'en France, on a fait des funérailles nationales à un évadé fiscal comme Johnny et qu'on n'a pas un mot pour le grand homme qu'était le Pr Montagnier. J'ai la rage de penser, aussi, à tous les pourris qui ne lui arrivent pas à la cheville et qui osent l'insulter.

L’AFP, le 10/02/2022 à 19:35, s’est autorisée : « Le scientifique Luc Montagnier, prix Nobel pour la découverte dans les années 1980 du virus du sida, est mort à 89 ans, discrédité depuis longtemps par la communauté scientifique après avoir multiplié les affirmations dénuées de fondement, notamment contre les vaccins. Luc Montagnier accuse "le cartel" de l'industrie pharmaceutique de le prendre pour cible, car il est "l'homme qui fait peur". »

L’AFP ajoute, sans mesurer les conséquences actuelles et à venir de cette affirmation, « Le virologue Didier Raoult, lui-même largement discrédité pour ses positions en faveur de traitements médicamenteux inefficaces contre le Covid, a salué sur Twitter "l'originalité" et "l'indépendance" du chercheur. »

Voir aussi : Mort du Pr Montagnier : Didier Raoult rend hommage au chercheur "atypique" sur Sud Radio


Un parcours scientifique hors du commun

Luc Montagnier est entré au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en 1960.  En 1963, à Carshalton près de Londres, dans le laboratoire de F. K. Sanders, il découvre les mécanismes réplicatifs des virus à ARN.

De retour en France, à l'Institut Curie, en collaboration avec Philippe Vigier, il étudie la réplication et la structure de l'ARN du 1er rétrovirus découvert (en 1911), le virus du sarcome de Rous du poulet. Il démontre que ce rétrovirus intègre son patrimoine génétique dans l'ADN des cellules infectées.

En 1972, à l'invitation de Jacques Monod, il crée l'unité d'oncologie virale à l'Institut Pasteur. Ses recherches vont alors porter en partie sur les mécanismes d’actions et la purification de molécules antivirales : les interférons. Il s'intéressera également à ces mystérieux agents transmissibles non conventionnels que l'on nomme aujourd'hui « prions ».

Il est resté à la tête de l’unité d’oncologie virale de l'Institut Pasteur entre 1972 et 2000. En 1975, il est rejoint par Jean-Claude Chermann et Françoise Barré-Sinoussi, spécialisés dans la recherche de transcriptases inverses, enzymes capables de produire une copie d’ADN à partir de l’ARN.

Membre de l'Académie nationale de médecine depuis 1989 et membre de l'Académie des sciences en 1996. Il a aussi été professeur et directeur du Centre de biologie moléculaire et cellulaire au Queens College de l'université de la ville New York jusqu’en 2001… La loi lui interdisait de diriger un laboratoire de recherche, aidé financièrement, en France après 65 ans.

En 2010, Luc Montagnier annonce qu'il fuit le « climat de terreur intellectuelle [...] entourant Jacques Benveniste » en France, pour prendre la direction d'un nouvel institut de recherche à l'université Jiao-tong de Shanghai en Chine.

Luc Montagnier est l’auteur ou le co-auteur de 350 publications scientifiques et de plus de 750 brevets.


Virus du SIDA

Le professeur Luc Montagnier est le co-lauréat du prix Nobel de médecine 2008 avec Françoise Barré-Sinoussi, pour avoir participé à la découverte en janvier 1983 d’un virus appelé alors LAV (virus lympho-adénopathique), puis virus de l’immunodéficience humaine (= VIH), responsable à long terme du syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA). Le système immunitaire du patient n’est alors plus capable de le protéger de nouvelles infections, dites opportunistes.

 

Jean-Claude Chermann aurait dû lui aussi recevoir le titre… le grand « oublié » alors qu'il a co-signé la découverte du VIH1.  Le professeur Montagnier et Mme Barré-Sinoussi, ont regretté de ne pas partager leur prix avec lui alors qu'il était cosignataire de la publication de mai 1983 dans la revue américaine Science.  Robert Gallo « redécouvre » le même virus en 1984 et tente de s’en attribuer la paternité.

2.jpg

 

En 1986, le groupe de Luc Montagnier découvre un second virus associé au SIDA, le VIH2 en Afrique de l'Ouest.

Luc Montagnier a également dirigé le département « SIDA et rétrovirus » de l'Institut Pasteur, à Paris, de 1991 à 1997.

Il était visionnaire à propos du SIDA : « Il n'est pas nécessaire de prendre, d’isoler les malades comme des pestiférés ou comme des lépreux [...] Je suis partisan de considérer les Français comme des citoyens responsables et de les informer... »

Pas de passe sanitaire et ses corollaires à l’époque…

En novembre 2017, lors d'une conférence aux côtés du médecin Henri Joyeux, il critique des effets indésirables de vaccins et s’exprime contre le passage de trois à onze vaccins obligatoires pour les enfants. Leurs arguments, selon certains académiciens « sans aucune base scientifique », vont provoquer la colère… Les enjeux financiers sont énormes... Tout devient bon pour les casser.

3.jpg

 

Luc Montagnier avait alors avancé un lien entre vaccins et mort subite du nourrisson. L’académicien Marc Gentilini lui reprochera : « Il traite ses membres (de l’académie) de retraités incapables d’avoir des idées neuves. »

Les firmes ne vont pas les rater. Selon Le Figaro, Montagnier signe « son arrêt de mort scientifique, après un lent naufrage ». On n’attaque pas Big Pharma sans conséquence. La presse ne le lâchera plus…


Piste microbienne de l'autisme

Lors d’une conférence devant l'Académie de médecine en mars 2012, il a présenté ses recherches sur "la piste microbienne" de l'autisme, en soutenant que les antibiotiques amélioreraient un grand nombre d'enfants atteints. Des membres présents avaient considéré de tels propos comme déraisonnables (un euphémisme diplomatique).

Selon Luc Montagnier, des facteurs environnementaux (dont les pesticides et les radiations électromagnétiques non ionisantes) et génétiques participeraient à un phénomène de "stress oxydatif" susceptible de provoquer des "modifications neuronales" et un dysfonctionnement immunitaire. Les enfants autistes souffriraient ainsi d’infections chroniques.

Un peu d’histoire…

Les hurlements furent quasi unanimes quand des chercheurs ont prétendu que les ulcères de l’estomac étaient dus à une bactérie colonisant la muqueuse gastrique… « Les nombreuses publications faisant état de la présence de bactéries spiralées dans l’estomac resteront ignorées pendant près d’un siècle », alors que dès 1906, Krienitz rapportait la présence de tels organismes dans l'estomac de patients souffrant de cancer gastrique… Ceci jusqu’à ce que Robin Warren et Barry Marshall fassent leur entrée, en 1984. « La communauté médicale mit du temps avant de reconnaître le rôle de cette bactérie dans les ulcères gastriques, pensant qu'aucune bactérie ne pouvait survivre bien longtemps dans l'environnement acide de l'estomac ». « Au début des années 1990, les professionnels, tant gastro-entérologues que fondamentalistes, se répartissaient dans deux camps : les "croyants" au rôle de H. pylori et les "non-croyants". Dans le premier groupe, on trouvait très peu de seniors bien installés dans la carrière, connus et reconnus. Un "leader d’opinion" qui afficherait un soutien trop appuyé à une hypothèse iconoclaste pouvait être taxé de crédulité voire de ridicule ; il s’exposait aussi à la vindicte des laboratoires qui risquaient de le priver de leur soutien. »

Robin Warren et Barry Marshall, recevront le prix Nobel de Médecine/Physiologie en 2005, 21 ans plus tard… Pas un scientifique qui ne connaisse cette histoire… Aujourd’hui, on estime qu’hélicobacter pilori entraîne un ulcère chez 6 à 10 % des malades infectés, et qu'1 % d'entre eux développeront un adénocarcinome gastrique après plusieurs décennies. Le dogme "pas d’acide, pas d’ulcère" a disparu au profit de "pas d’hélicobacter, pas d’ulcère, pas de cancer". Demain, étant donné sa fréquence, la bactérie sera considérée comme pouvant, dans certains cas, présenter un avantage à préciser.


Mémoire de l'eau

Reprise de la thèse de Claudine Luu (4 janvier 1974 à l'Université Montpellier 1), la théorie de la « mémoire de l'eau » (nom qui fut donné en 1988) de Jacques Benveniste, chercheur et médecin immunologiste, tente de comprendre les mécanismes de l’homéopathie (dilutions très importantes des principes actifs).

Luc Montagnier laissait une large liberté aux chercheurs, toujours à l’écoute… L’idée de Jacques Benveniste était que « l’eau qui a été en contact avec certaines substances conserverait une empreinte de certaines propriétés de celles-ci alors même qu'elles ne s’y trouvent statistiquement plus ». Le Monde en fera sa Une le 30 juin 1988. Des résultats d’autres laboratoires sont venus contredire ceux de Benveniste. Peut-être un artefact expérimental que certains ont présenté comme une fraude scientifique afin d’atteindre Montagnier, qui avait laissé se poursuivre cette recherche.

Le 27 octobre 2007, à la conférence de Lugano "Nano-elements from pathogenic microorganisms", Luc Montagnier émet l’hypothèse de l’existence dans l’eau de nano-structures relativement stables, capables de mémoriser au moins partiellement une information génétique. La présentation est accompagnée d’un soutien clair aux travaux de Jacques Benveniste.

Au sein des chercheurs aux dents longues, la guerre faisait rage… et des journalistes n’ont pas su se tenir.

Claudine et Vinh Luu ont publié, en 1979, Connaissance de l'eau, réédité et enrichi en 2011.


Maladie de la vache folle

La maladie de la vache folle, ou encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), sous sa forme classique, est liée à l'ingestion par les bovins de farines animales contaminées qui étaient utilisées dans leur alimentation. Chez l'homme, la variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob est causée par l'agent de l'ESB transmis par la consommation de tissus, en particulier nerveux, mais aussi de viande, d’animaux atteints.

Voir aussi : Pr Luc Montagnier : des cas de Creutzfeldt-Jakob liés au vaccin contre le Covid ?

L’origine iatrogène est, elle, en particulier due à des injections d’hormone de croissance préparée à partir de tissus humains contaminés par une protéine prion anormale (PrPSc).

L’hormone de croissance naturelle (= somatotropine = growth hormone = GH) est un polypeptide de 191 aminoacides sécrété par les cellules somatotropes de l'hypophyse antérieure selon un régime pulsatile, sous le contrôle de l’hypothalamus. On sait qu’un manque de GH pendant l'enfance provoque un nanisme harmonieux. Le traitement comprend une hormonothérapie de substitution. Initialement, elle faisait appel à une hormone de croissance humaine dite « extractive » à partir d'hypophyses prélevées sur des cadavres.

En France, le prélèvement post-mortem s’effectuait par le nez, sans ouvrir la boite crânienne. L’affaire se déroule entre 1982 et 1985… Des lots, non traités à l'urée, contenant tous de la poudre d'hormone de croissance, ont été distribués après le 15 mai 1985 à 800 enfants. Ces lots ont été causes d’une maladie à prion (maladie de Creutzfeldt-Jakob = MCJ).

Dès 1979-1980, alors que les prions n'avaient pas encore été découverts, le professeur Montagnier demandait qu’« une attention particulière soit portée au danger de transmission de la MCJ » et préconisait, faute de certitudes, « d'écarter au moins certains donneurs d'hypophyse "à risque" » à savoir l’élimination, parmi les donneurs d’hypophyse, « de tous les sujets morts d’une affection virale aiguë, d’une encéphalopathie d’origine virale ou non virale, ou ayant présenté des troubles neuropsychiatriques graves dans les deux années précédant leur décès ».

À l’époque, le co-découvreur du virus du SIDA avait selon le Monde « du flair ». En 1979, son collègue de l'Institut Pasteur, le Pr Dray, lui demande une note sur la sécurité sanitaire dans son laboratoire, où il extrait l'hormone des hypophyses prélevées sur des cadavres. Malgré ses alertes de notre prix Nobel, l’avertissement n’a pas été écouté. Oui, quand notre prix Nobel alerte, il n’est pas entendu, encore moins écouté… Cela nous renvoie à une situation actuelle.

Lire aussi :
« Que sont les prions ? Partie I : les maladies à prions, découverte et explications »
« Que sont les prions ? Partie II : coronavirus, ARN messager et prions »


Sang contaminé

Du sang contaminé, scandale sanitaire, politique et financier… C’est en 1991 qu’éclate en France le scandale du sang contaminé : plusieurs centaines de malades ont été contaminés par le SIDA et l'hépatite C, en recevant des dérivés sanguins et des transfusions de sang.

En février 1999, trois anciens responsables politiques sont jugés pour des crimes ou délits commis dans l'exercice de leurs fonctions : l'ancien Premier ministre Laurent Fabius (1984-86) et deux ex-membres de son gouvernement, Georgina Dufoix (Affaires sociales) et Edmond Hervé (Santé). Ils comparaissent devant la Cour de Justice de la République (CJR) pour homicides et blessures involontaires. Seul Edmond Hervé fut condamné, mais dispensé de peine.

Là encore, dans l’affaire du sang contaminé, Luc Montagnier, visionnaire, avait questionné puis alerté. Il s’interroge dans Le Nouvel Observateur, le 8 septembre 1985 : « Quelle est la signification exacte de cette "positivité" ? Le virus est-il encore présent malgré les anticorps ? À quoi servent ces prétendus anticorps — destinés en principe à protéger — si la maladie n’apparaît justement que quand ils sont là ? Le sujet positif est-il contagieux, transmetteur du virus ? »

Et au procès : « Il y a eu faute de la société, faute de l’État à leur égard (les hémophiles), par la sous-estimation du risque qu’on leur a fait encourir. C’est là qu’il y a scandale. »


Les variants du virus de la Covid-19

Quand un article de l’AFP débute ainsi : « Adulé par les anti-vaccins, mais discrédité par la communauté scientifique » on comprend la hargne des journalistes.

Le professeur accuse les vaccins anti-Covid-19 d'être à la fois responsables de l'apparition de variants, mais aussi d'avoir provoqué un rebond de la mortalité. « C'est très simple, les variants viennent des vaccinations ». « Les nouveaux variants sont la résultante des vaccinations, et vous voyez toujours dans les pays (même pour l’Inde c’est pareil), que la courbe des vaccinations et la courbe des morts se suivent ». Il n'est pas seul à soutenir cette thèse.

Voir aussi : Christian Vélot : "la vaccination généralisée est contre-productive"

Monsieur Jean-François Delfraissy lui-même, président du Conseil Scientifique, envisage que la vaccination puisse être source de variants dans le journal "The Lancet", tout en soutenant la vaccination de nos petits en France… C'est à pleurer.

Quand l’AFP cite Vincent Maréchal en écrivant « il faut voir ça comme une course dans laquelle des mutations ont été choisies au hasard, partent sur la ligne de départ et vont rencontrer toute une série d’obstacles. Vous voyez alors qui parvient à l'arrivée en parvenant à se faufiler entre les mailles de la barrière immunitaire créée par des anticorps naturels ou vaccinaux… », elle ne fait que confirmer, sans le savoir peut-être, ce que dit Luc Montagnier.

Peu après, l'agence de presse écrit que « Les chiffres officiels montrent par ailleurs que la vaccination anti-Covid a en réalité fait reculer le nombre de morts, contrairement à ce qu'affirme le Pr Montagnier. » Mais c'est faux. Chaque vaccination est suivie d’un pic de décès… La vaccination n’empêche ni la contamination, ni la transmission. C'est tout juste si elle protège contre les formes graves, seul argument qui restait aux firmes. Tout cela est de plus en plus remis en cause à l’étranger.

4.jpg

 


Scientifique et visionnaire jusqu'à son dernier souffle

Son dernier message à propos de la Covid, qu'il a livré dans le cadre des manifestations contre le passe sanitaire en Italie, mi-janvier 2022, accueilli comme un héros à Milan :

« Ce n’est pas seulement le vaccin qui va la guérir, mais c’est la combinaison de traitements qui va éliminer cette maladie. Il y a eu une énorme erreur stratégique, quelque chose a été synthétisé et isolé. Contrairement à ce qui a été dit au début, ces vaccins ne protègent pas absolument, et cela vient lentement. C’est scientifiquement reconnu par tous aujourd’hui.

Je demande à tous mes collègues d’arrêter absolument de vacciner avec ce type de vaccin. Les médecins, aujourd’hui, sont parfaitement informés de ce que je dis, et donc ils doivent intervenir immédiatement, parce que l’avenir de l’humanité est en jeu. Beaucoup de pays ont abandonné les traitements, mais il n’y a pas que le vaccin, il y a des médicaments qui n’ont pas été utilisés et qui fonctionnent très bien, comme les antibiotiques.

Il dépend de vous, non-vaccinés, que demain vous sauviez l’humanité. Seuls les non-vaccinés pourront sauver les vaccinés. Des vaccinés qui, de toute façon, contacteront les centres médicaux pour être sauvés.

Il faut éviter d’écouter et d’accorder la parole à ceux qui n’ont pas le droit de le faire et laisser parler la science. Je le répète : ce sont les non-vaccinés qui pourront sauver l’humanité. Chaque citoyen est libre et doit aussi suivre les idées politiques, profitez des prochaines élections pour exprimer votre opinion.

Que dirais-je à un jeune d’aujourd’hui ? Vous devez absolument agir, chacun d’entre vous, et trouver la vérité cachée derrière les mensonges. Vive la liberté ! »

Il aura dénoncé tant de scandales scientifiques et médicaux. Il a été odieusement attaqué quand il a envisagé que ce virus pourrait être de construction humaine et que la vaccination risquait d’engendrer des cas de neurodégénérescences. Pourtant, jusqu'au bout, il semble avoir raison.

Ce qui n’empêche pas William Audureau, spécialiste des jeux vidéo au Monde, de continuer à discréditer le prix Nobel dans ses écrits, remettant systématiquement en cause ses thèses.

En France, la presse aux ordres tente de faire taire les chercheurs qui contredisent la parole des firmes, et ce sont toujours les mêmes signatures qui reviennent. Que ces journaleux ne tentent pas de tuer à nouveau notre décédé… La presse ne s'en relèverait pas… Quant à ce gouvernement… Finalement, n’est-ce pas le meilleur honneur que de ne pas en recevoir un véritable hommage ?


Le nombre impressionnant de prix et de distinctions de Luc Montagnier:

 

Auteur(s): Jean-Pierre G., pour FranceSoir



Last Updated on Thursday, 17 February 2022 18:15
 
  • «
  •  Start 
  •  Prev 
  •  1 
  •  2 
  •  3 
  •  4 
  •  5 
  •  6 
  •  7 
  •  8 
  •  9 
  •  10 
  •  Next 
  •  End 
  • »


Page 1 of 17